Vous êtes ici : Accueil Historique Le COM jusqu'en 1996

Le C.O.M. jusqu'en 1996

 

 

Au début de l'été 1975, le C.O.M. se réunit pour étudier les modifications à apporter à ses statuts, afin de satisfaire aux recommandations du C.I.O. 

Le 25 juin, les représentants élus des fédérations sportives de la Principauté : Paul-Louis Auréglia et Antoine Romagnan (Escrime), Henry Rey et Edmond Aubert (Haltérophilie), le Dr. Charles Bernasconi (Judo), Michel Ravarino et Francis Boisson (Tir), Jean-Louis Marsan (Voile), élaborent un projet de statuts précisant que l'objet du C.O.M. sera, non seulement 

"de veiller au développement du mouvement olympique et du sport amateur", mais encore "d'exalter chez la jeunesse à la fois l'effort physique et les qualités morales qui sont la base du sport amateur, comme aussi, en conviant tous les athlètes du monde à un concours quadriennal, désintéressé et fraternel, de contribuer au respect et au maintien de la paix entre les peuples.." 

Afin d'affirmer son indépendance vis-à-vis des fédérations sportives et de l'Etat, le C.O.M. prévoit qu'il sera désormais composé d'une Assemblée Générale formée de membres actifs, de nationalité monégasque, non plus nommés par Ordonnance Souveraine, mais élus, tous les quatre ans par l'Assemblée Générale de chaque fédération sportive monégasque. 

Le 19 septembre suivant, les membres actifs élus procédent à des élections qui fixent la composition du nouveau bureau du C.O.M. :

  • Président : Me Henry Rey,
  • Vice-Président : Jean-Louis Marsan,
  • Trésorier : Francis Boisson,
  • Secrétaire : Antoine Romagnan. 

Le 30 octobre 1975, l'Ordonnance Souveraine n° 5.692 accorde la personnalité civile au C.O.M. qui prend la forme d'une association régie par la Loi n° 492 du 3 janvier 1949. L'Arrêté Ministériel du 30 octobre 1975 entérine l'autorisation de ladite association et approuve ses statuts. 

Le C.O.M. va pouvoir poursuivre son action dans de meilleures conditions et resserrer, au niveau international, ses liens avec les hautes instances olympiques européennes en assurant la participation de l'un de ses représentants aux Assemblées générales des Comités Nationaux Olympiques d'Europe. 

Au début de l'année 1976, la Fédération Monégasque de Voile désigne Me Michel Boéri comme deuxième délégué au C.O.M., qui comprend désormais dix membres actifs représentant les cinq fédérations monégasques d'Escrime, Haltérophilie, Tir, Judo et Voile. 

En 1977 s'est créee la Fédération Monégasque de Natation. Sa Présidente, Mme Yvette Lambin de Combremont, entre aussitôt au C.O.M. avec M. Denis Ravera, délégué de la Fédération. Tous deux pourront ainsi participer à la mise en place d'une nouvelle "Journée Olympique" fixée, à la demande du C.I.O. le jeudi 23 juin 1977. 

CetteJournée qui comporte diverses épreuves sportives, s'achève par une réception dans les salons du Yacht Club de Monaco, au cours de laquelle des médailles d'or et d'argent sont remises aux dirigeants et bénévoles des sociétés sportivesmonégasques à discipline olympque ainsiqu'aux athlètes les plus méritants. 

La Journée Olympique est renouvelée en 1978, toujours un 23 juin, jour fixé par le C.I.O. pour commémorer l'anniversaire de la rénovation des Jeux Olympiques. Cette date est un symbole pour Monaco, qui, pour la Saint-Jean fait brûler un feu de joie, autour duquel de nombreux jeunes gens viennent danser.

 

 

23 juin 1978 - Au centre, le Président Henry Rey, entouré des membres du C.O.M. et des dirigeants des associations sportives monégasques

 

Une nouvelle Journée Olympique a lieu l'année suivante, pendant laquelle des jeunes de la Principauté pourront assiter à la projection d'un film retraçant les moments les plus exaltants des J.O. de Montréal. 

En 1979, le C.O.M. dont un des douze membres vient d'être honoré par le C.I.O., poursuit son action en permettant à 5 athlètes de participer aux 8èmes Jeux Méditerranéens organisés en Yougoslavie.

 

 

29 janvier 1979, Michel Ravarino reçoit l'Ordre Olympique de bronze des mains de Lord Killanin, Président du C.I.O.

 

Quelques semaines plus tard, la Principauté de Monaco accueille les Secrétaires-Généraux de trente et un Comités Nationaux Olympiques d'Europe.

 

 

 

 

En 1980, les structures du C.O.M. venaient d'être remaniées. A la suite de la récente création de la Fédération Monégasque de Boxe, Edmond Aubert était appelé à sa présidence et remplacé au sein du C.O.M. par Daniel Réalini pour représenter la Fédération d'Haltérophilie. 

Le Gouvernement approuvait la modification de l'article 4, al. 3, des statuts du C.O.M., qui spécifiait que tout membre de nationalité monégasque siègeant au C.I.O. serait membre actif de droit au C.O.M., mettant ainsi lesdits statuts en conformité avec les dipositions de la Charte Olympique. 

N'ayant pas pu participer aux Jeux Olympiques d'été à Moscou, le C.O.M. concentre ses efforts sur la promotion des activités sportives locales. 

La traditionnelle Journée Olympique a été reportée au Ier décembre 1981 en raison d'intempéries le 28 juin. Près de 90 jeunes sportifs de la Principauté, réunis au Centre de Congrès-Auditorium, recevront la médaille olympique des mains du Président Henry Rey et du Secrétaire Général Antoine Romagnan. 

Le samedi 12 juin 1982, plus de 200 jeunes sportifs vont se distinguer dans diverses compétitions : démonstrations de gymnastique, danse rythmique, compétitions de voile, d'aviron, de natation et de water-polo.

 

Stade Nautique Rainier III

 

Durant l'année 1982, deux nouvelles fédérations sportives récemment créees, adhèrent au C.O.M. et y délèguent deux de leurs membres pour sièger au sein de l'Assemblée Générale :

  • La Fédération Monégasque de Ski, représentée par son Président Edmond Pizzi, et Daniel Sartore,
  • La Fédération Monégasque de Tennis, représentée par son Président Louis Caravel, et André Vatrican.
Vous êtes ici : Accueil Historique Le COM jusqu'en 1996